# Accueil

# ssbsong2      /      # Skins : Indians | Rose | Rouge

vendredi 11 mai 2007

J'aimais les comics

Quand j'étais petit, le mercredi après-midi, j'allais chez la voisine pour lire des comics. Son fils plus âgé que moi de quelques années avait tout ce qui se faisait dans le domaine : Strange, Spécial Strange, Titan, Spidey.
De même qu'à l'époque je n'appelais pas ces BD de Super Héros des comics, je crois me souvenir que je ne lisais pas les bulles et me contentais de regarder les images.
J'ai donc grandi en lisant les aventures de tous ces personnages hauts en couleur, ma préférence allant rapidement aux X-men car je trouvais Peter Parker trop niais. C'est d'abord Cyclope qui remporta tous les suffrages, puis en grandissant ce fut le bien moins lisse Serval (aujourd'hui plus connu sous son nom anglais Wolverine) qui m'enthousiasma le plus.
Au cours des années qui suivirent cet âge premier auquel j'éprouvais un appétit insatiable pour les aventures des super héros, j'ai parfois cédé à l'envie de les retrouver. Il m'arrivait alors d'acheter un fascicule à l'occasion d'un passage chez le marchand de journaux. Je rentrais vite à la maison, pour pouvoir lire mon nouvel achat. La chose se déroulait toujours de la même façon. Une réelle excitation, le plaisir de retrouver ces personnages que je connaissais par coeur... puis une totale frustration, une déception, peut-être tout simplement un profond ennui.
Il y a quelques années maintenant, l'évolution du cinéma et des effets spéciaux aidant, on a vu débarquer sur les écrans tout un tas de super héros et de super vilains (j'adore cette expression*). J'accueillis alors tout ça avec un enthousiasme d'adolescent attardé. Je ne m'attarderai pas sur Hulk, Daredevil ou The Punisher, que je trouve tous affligeants, mais Spiderman et les X-men me ravirent.
J'éprouvais une vraie jubilation à voir mes héros de jeunesse s'animer et vivre leurs aventures sous mes yeux.
J'ai récemment motivé ma Dulcinée à m'accompagner au cinéma pour voir Spiderman 3. J'ai vraiment aimé les deux premiers épisodes, surtout le deuxième, et je ne vais pas m'en cacher. Je crois que Sam Raimi a vraiment fait du bon boulot. Mais voilà, le 3 est très décevant. Pas désagréable mais décevant, et une fois cette déception assumée je me surprends à ressentir ce même ennui dans lequel me plongeaient les lectures tardives des comics.
Il en va de même des X-men. Là encore sans doute par le travail du réalisateur Bryan Singer, j'ai pris un grand plaisir à voir les deux premiers films. Puis le troisième m'a laissé une drôle d'impression. C'est sans doute des 3 le plus proche de ce que l'on pouvait lire dans les BD et dans le même temps, ou peut-être de ce fait même, il est totalement décevant.
Ces deux déceptions ont pour effet de remettre les choses à leur place. De même que les comics sont de la BD médiocre plutôt destinée aux enfants et aux ados, les films sont des grosses productions de cinéma d'action destinées à séduire le plus large public. Les gars de ma génération, ceux que je connais tout du moins, ont été aussi ravis que moi de voir ces films de super héros et je crois que nous avons joué un rôle non négligeable dans leur succès en salle. Seulement voilà, le divorce est consommé, impossible de faire machine arrière, toute tolérance est morte en même temps que l'enthousiasme, et tout se remet à sa juste place. Je crois que c'est ça le plus important, je viens de finir, avec la déception Spiderman 3, une phase dans ma pratique du cinéma et je le vis comme une ouverture. J'ai à nouveau envie de voir de belles choses, des choses étonnantes, j'ai envie d'être impressionné, ému comme je pouvais, savais, l'être il y a peu et, en même temps, si longtemps déjà. J'ai envie de découvrir des choses nouvelles dans les salles obscures, de retrouver une vraie curiosité, une certaine exigence. Qui saura me procurer des émotions telles que celles que je ressentis en voyant A scene at the sea de Takeshi Kitano dans une petite salle parisienne plutôt inconfortable ? Je ne le sais pas encore, mais je suis animé d’un nouveau désir.



*NdD (note de Dulcinée) : de l'anglais "villain" (lui même du français, ou plutôt de l'anglo-normand, mais bon..), qui signifie "méchant" pour un personnage. Donc oui, c'est drôle en français, mais c'est de l'anglais (qui vient du français). Suis-je claire ?

2 commentaire(s):

Anonyme a dit…

J'aimais bien Photonik. Je n'avais que quelques episodes. Mais j'ai recemment appris que c'etait un heros franchouille. La hontasse.
http://www.coolfrenchcomics.com/photonik.htm

Chive

Sweet Song a dit…

Ah oui ! Je me souviens de lui. Je crois que je l'aimais bien aussi. Honte sur nous.